La Roche-sur-Yon. Cancer, Sandrine témoigne.

sandrine 20170830 1488735344A l’annonce d’un cancer, la vie bascule. Quotidien, travail, loisirs et même parfois amis, c’est tout un monde qu’il faut repenser. Sandrine Dugast a appris la mauvaise nouvelle en 2015. Le 8 octobre prochain, elle sera sur la ligne de départ de la Joséphine, une sorte de pied de nez à la maladie.

 

Avant la maladie, Sandrine Dugast était une femme très active, courant régulièrement. En avril 2015, sa vie bascule. Ablation du sein, chimiothérapie, radiothérapie, hormonothérapie,… les protocoles s’enchaînent. « Je n’ai jamais cessé de courir en alternance avec la marche. C’est dans la tête que ça se gagne. Je n’ai pas non plus cherché à le cacher. Ma première Joséphine, je l’ai faite trois jours après ma première chimiothérapie ». Malgré des complications, Sandrine a toujours pris part au départ. Malgré sa perte de cheveux, elle court même tête nue.

 

Des ateliers de bien-être


Grâce à la Joséphine, des fonds sont récoltés, notamment pour organiser des ateliers de bien-être. Sophrologie, yoga, thérapie par le rire,.. à travers la Vendée, ce sont de nombreuses rencontres qui sont ainsi organisées. « Ces ateliers apportent une fenêtre sur le quotidien. C’est un moment rien que pour nous. Ils nous aident à nous reconnecter sur soi pour oublier la maladie ». De plus en plus de jeunes sont atteints par un cancer. Pas une seule famille n’est épargnée. « Je n’ai jamais baissé les bras malgré les complications ».

 

Une leçon de vie


A sa 5e chimiothérapie, Sandrine fait une grosse complication. Elle devra passer 32 jours à l’hôpital. « J’ai frôlé la mort. Et le mot patient prend alors tout son sens. J’étais même désolée de faire vivre mon cancer à mes enfants. Je suis certaine que cela leur a forgé leur personnalité ».

Le plus difficile dans la maladie reste l’inconnu. Heureusement, Sandrine a toujours été coachée par quelqu’un qui était passé par là avant elle. « La première question que je me suis posée lorsqu’on m’a diagnostiquée, c’est « est-ce que je pourrai remettre un sac à dos, moi qui aimais bien les randonnées ». Quand j’ai appris, je n’ai pas dormi pendant cinq jours ». Aujourd’hui sa vie a complètement changé. Elle ne se laisse plus entraîner par le stress du travail. Elle profite de chaque moment de la vie, aussi infime soit-il. Sandrine rédige même un journal de gratitudes pour chaque belle chose qu’elle réalise. « Tout peut basculer du jour au lendemain. La vie est belle. Aussi faut-il le voir. Maintenant je moque de ce que les autres ont et que je n’ai pas ».  

 

A lire également :
La Roche-sur-Yon. La Ligue contre le cancer à cœur ouvert.
La Roche-sur-Yon. La Joséphine : entretien avec Béatrice Bichon Bellamy.

Publié le 21/09/2017
22/07/22
La section du PCF du Pays Yonnais a organisé la sortie. Le rendez-vous a été donné à 8h45, dev...

15/07/22
L’année dernière, 90 enfants des quartiers de la Roche avaient participé à la journée de soli...

02/07/22
Les manifestants solidares avec les femmes américaines À l'appel du planning familial de Vendée,...

23/05/22
Le Comité des fêtes de Landeronde a organisé, hier dimanche, une randonnée pédestre, dont les b...

30/03/22
À l’occasion de la journée mondiale de sensibilisation à l’autisme, la ville, en partenaria...

30/03/22
Le résultat du Téléthon a été publié aujourd’hui. Au niveau national, c’est une bonne sur...

We use cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (cookies traceurs). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.

Ok